Pourquoi la dyade mère-bébé ?

La santé maternelle et néonatale est inextricablement liée. Chaque année, 295,000 2 femmes meurent de causes liées à la grossesse ; plus de 2.5 millions de bébés sont mort-nés, dont la moitié pendant le travail ; et 99 millions de nouveau-nés meurent au cours du premier mois de leur vie. XNUMX % de ces décès maternels et néonatals surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et de manière disproportionnée au sein des familles les plus pauvres ; la plupart de ces décès sont évitables. Répondre aux besoins de santé des femmes pendant la grossesse, le travail, l’accouchement et la période post-partum, ainsi qu’à ceux de leurs nouveau-nés – pour intégrer la planification, les services et les stratégies en matière de santé maternelle avec ceux concernant la santé du nouveau-né – est logique et intuitif.

Mettre l'accent sur la dyade mère-bébé offre une approche pratique : les femmes et les familles sont plus satisfaites des soins coordonnés et combinés ; et le même prestataire est souvent responsable des interventions préventives et vitales qui protègent à la fois les femmes et leurs nouveau-nés. Les approches intégrées augmentent l’efficacité et réduisent les coûts. Plus important encore, se concentrer sur la dyade mère-bébé, sur cette relation centrale entre une femme et son nouveau-né, les aide tous deux à survivre.

Les causes de décès et d’autres issues défavorables sont interconnectées pour les femmes enceintes et leurs bébés, et les périodes critiques de soins pour les femmes et les nouveau-nés (principalement au moment de la naissance) se chevauchent. Par exemple, les complications du travail peuvent entraîner la mort de la mère, du fœtus ou du nouveau-né et des invalidités à long terme.   La collaboration tout au long du continuum de soins est nécessaire pour atteindre nos objectifs en matière de décès maternels et néonatals et de prévention des mortinaissances.

Le les principales causes de décès maternels sont des causes directes qui représentent près de 75% des décès maternels :

  • Hémorragie (27.1 %) – principalement une hémorragie du post-partum (HPP)
  • Troubles hypertensifs (14 %), par exemple pré-éclampsie/éclampsie
  • Sepsis (10.7 %) – généralement après les naissances

Les causes indirectes, telles que les causes liées au VIH ou les troubles médicaux, représentent environ 25 % des décès.

75 % de tous les décès de nouveau-nés résultent de trois affections évitables et traitables :

  • Complications dues à la prématurité,
  • Événements liés à l'accouchement (y compris l'asphyxie à la naissance), et
  • Infections néonatales.

Alors que 2.6 millions de mortinaissances surviennent chaque année.

Ce concept articule les liens critiques dans le temps (quand les soins sont prodigués tout au long du cycle de vie) et le lieu (De, ou à quel niveau du système de santé les soins sont dispensés), pour évoluer vers une plus grande couverture d'interventions critiques fondées sur des données probantes. Lorsque les femmes et les nouveau-nés reçoivent des soins de haute qualité pendant la grossesse, au moment de l’accouchement et au début de la période postnatale, les femmes restent en bonne santé et les bébés bénéficient du meilleur départ possible dans la vie.

En d’autres termes, soutenir des ensembles intégrés d’interventions essentielles et éprouvées pour les femmes et les nouveau-nés – dispensées par un personnel qualifié à un moment et dans un lieu réalisables et acceptables – sauve des vies.

Sujets en vedette

Se concentrer sur la dyade mère-bébé aide les deux à survivre

Les principales causes de morbidité et de mortalité maternelles et néonatales sont liées

Le concept de continuum de soins de santé maternelle, néonatale et infantile soutient naturellement une approche intégrée de SMN, avec la dyade mère-bébé au centre.

Se concentrer sur la dyade mère-bébé aide les deux à survivre

Mettre l'accent sur la dyade mère-bébé offre une approche pratique : les femmes et les familles sont plus satisfaites des soins coordonnés et combinés ; et le même prestataire est souvent responsable des interventions préventives et vitales qui protègent à la fois les femmes et leurs nouveau-nés. Les approches intégrées augmentent l’efficacité et réduisent les coûts. Plus important encore, se concentrer sur la dyade mère-bébé, sur cette relation centrale entre une femme et son nouveau-né, les aide tous deux à survivre.


NOUVELLES recommandations de l'OMS sur les soins maternels et néonatals pour une expérience postnatale positive

Le 30 mars 2022, l'Organisation mondiale de la santé a publié des lignes directrices sur soins maternels et néonatals pour une expérience postnatale positive. Au total, 63 recommandations sur les soins maternels, les soins néonatals, les systèmes de santé et la promotion de la santé portent sur les soins individuels aux patients et la prestation de services. Le résumé est disponible en arabe, chinois, anglais, français, portugais, russe et espagnol.

Les nouvelles lignes directrices répondent aux tendances mondiales en matière de morbidité et de mortalité maternelles et néonatales. Alors que les taux de mortalité diminuent à l’échelle mondiale, les nouvelles lignes directrices mettent l’accent sur une réflexion au-delà de la survie et continuent de fournir des orientations sur les interventions essentielles pour poursuivre la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. Voici les nouveautés :

  • L’importance des soins centrés sur la famille | Les nouvelles lignes directrices abordent l'importance du foyer et de l'ensemble de la famille dans la santé de la dyade mère-bébé, y compris des lignes directrices spécifiques pour l'inclusion des hommes dans les plans de soins, l'utilisation des dossiers médicaux à domicile et l'évaluation de l'environnement familial avant à décharger.
  • Accent accru sur le bien-être maternel | Au-delà de la survie de la mère, les nouvelles lignes directrices abordent la santé mentale et le confort maternels, y compris des lignes directrices spécifiques pour le contrôle de la douleur après l'accouchement, ainsi que le dépistage et l'intervention universels pour la dépression et l'anxiété.
  • Penser au-delà de la survie du nouveau-né | Les interventions pendant les heures, les jours et les semaines qui suivent la naissance peuvent avoir un impact durable sur la santé et le bien-être des enfants. Les nouvelles lignes directrices portent spécifiquement sur les soins adaptés, le développement précoce du nourrisson, le sommeil sécuritaire et le dépistage des anomalies auditives et oculaires.
  • Relever les défis du système de santé et du personnel | Les nouvelles lignes directrices recommandent plusieurs stratégies pour augmenter la taille et la qualité du personnel de santé nécessaire à une expérience postnatale positive, y compris des recommandations spécifiques sur la mobilisation d'une plus grande diversité d'agents de santé, l'établissement de modèles de continuité des soins dirigés par les sages-femmes et l'utilisation d'outils numériques pour améliorer enregistrement des naissances et comportements sanitaires à la maison. Les nouvelles lignes directrices recommandent également l'intégration de services complémentaires à la mère et au nouveau-né lorsque cela est possible (santé mentale de la mère et développement du jeune enfant) ainsi que le dépistage et la prévention systématiques des maladies infectieuses (vermifugation, tuberculose, dépistage du VIH).

La mise à l’échelle des interventions essentielles peut sauver 3 millions de vies chaque année

En intensifiant les interventions essentielles, environ 3 millions de vies peuvent être sauvées chaque année (voir Fig. 1), dont environ la moitié en Afrique. Le plus grand impact pour la dyade mère-bébé tout au long du continuum de soins est de fournir des soins de qualité pendant le travail et l'accouchement, ainsi que des soins au nouveau-né petit et malade. Pourtant, ces interventions ont la couverture la plus faible et l’écart d’équité le plus élevé.

Figure 1.

Adapté de la Survivre et prospérer : Transformer les soins pour chaque nouveau-né de petite taille et malade, rapport et les terres parsemées de Feuille de route pour accélérer les progrès pour chaque nouveau-né dans les contextes humanitaires 2020-2024.

Blog

Il est nécessaire d’aligner l’action collective autour de la dyade mère-bébé à l’échelle mondiale pour accélérer les progrès pour les femmes, les nouveau-nés, les familles et les communautés. En savoir plus sur notre blog : S'engager dans une décennie d'action pour promouvoir la dyade mère-bébé


Messages clés des quatre recommandations mises à jour de 2021 de l'Organisation mondiale de la santé sur la prévention et le traitement des infections maternelles péripartum

  • Les infections bactériennes au moment de l’accouchement sont responsables d’environ un dixième des décès maternels et contribuent à une morbidité grave et à un handicap à long terme pour de nombreuses femmes touchées.
  • Pour la prophylaxie antibiotique en cas de césarienne, l'OMS recommande un dose unique de céphalosporine ou de pénicilline de première génération de préférence aux autres classes d'antibiotiques, administré 30 à 60 minutes avant l’incision cutanée.
  • L'OMS recommande préparation vaginale avec povidone iodée (1 % à 10 %) ou gluconate de chlorhexidine (0.05 % à 0.25 %) pendant 30 secondes immédiatement avant la césarienne in TOUTE femmes subissant une césarienne.
  • Pour préparation cutanée préopératoire pour césarienne, L'OMS recommande utilisation de gluconate de chlorhexidine à base d'alcool (par exemple, 2 % de gluconate de chlorhexidine dans 70 % d'alcool) de préférence aux autres agents antiseptiques ; lorsque le gluconate de chlorhexidine n'est pas disponible, d'autres agents antiseptiques tels que la povidone iodée peut être considérée comme un agent antiseptique approprié pour la préparation cutanée préopératoire, bien qu'il ne soit pas aussi efficace que le gluconate de chlorhexidine à base d'alcool.
  • L'OMS recommande Prophylaxie antibiotique de routine pour les femmes subissant un accouchement vaginal opératoire (c'est-à-dire, accouchement vaginal assisté par dépression ou forceps ; les données disponibles, provenant des pays à revenu élevé, soutiennent fortement l'utilisation d'un dose unique d'amoxicilline intraveineuse (1 g) et d'acide clavulanique (200 mg) administrée dès que possible après la naissance et pas plus de 6 heures après la naissance ; lorsque cette combinaison n'est pas disponible, le prestataire doit envisager l'utilisation d'un schéma thérapeutique alternatif basé sur un spectre d'activité, un profil de sécurité, une disponibilité et un coût similaires.

Quatre recommandations actualisées de l'OMS sur la prévention et le traitement des infections maternelles péripartum

Recommandation: Pour la prophylaxie antibiotique en cas de césarienne, une dose unique de céphalosporine ou de pénicilline de première génération doit être utilisée de préférence aux autres classes d'antibiotiques.

 

Résumé des remarques clarifiantes :

  • Pour la prophylaxie antibiotique en cas de césarienne, un dose unique de céphalosporine ou de pénicilline de première génération doit être utilisé de préférence aux autres classes d’antibiotiques. Ce choix d'antibiotiques est basé sur 1) efficacités, et 2) dans le cadre des efforts pour contenir la résistance aux antimicrobiens.
  • Cependant, le choix d'un antibiotique doit être adapté au contexte local : informé par directives locales sur la résistance aux antimicrobiens, modèles bactériologiques locaux de la morbidité infectieuse post-césarienne, profil de sécurité, l'expérience du clinicien avec cette classe particulière d'antibiotiques, leur disponibilité et leur coût.
  • Des antibiotiques prophylactiques sont recommandés pour les femmes subissant une césarienne élective ou d'urgence et doivent être administrés 30 à 60 minutes avant l'incision cutanée, plutôt qu'en peropératoire. après clampage du cordon ombilical.
  • souligne l'importance d'utiliser un régime antibiotique simple et court (dose unique, 30 à 60 minutes avant la chirurgie) à titre prophylactique, à moins qu'il n'y ait autres facteurs cliniques à prendre en considération (par exemple, indice de masse corporelle maternelle élevé, travail prolongé, durée prolongée de l'intervention chirurgicale, manipulations chirurgicales importantes ou perte de sang massive) qui pourraient augmenter le risque de développer des infections post-césarienne. Un jugement clinique est nécessaire pour évaluer si un régime différent (p. dose plus élevée, deuxième dose) d'antibiotiques prophylactiques est justifiée en présence de facteurs de risque.

Résumé des remarques clarifiantes :

  • Tous les femmes subissant une césarienne devraient avoir nettoyage vaginal avec de la povidone iodée (1% – 10%), pendant 30 secondes effectué immédiatement avant la césarienne (par exemple directement après un cathétérisme préopératoire de la vessie pour minimiser l'inconfort de la femme).
  • Tandis que le preuve sur la préparation vaginale avant césarienne découlait en grande partie d'essais utilisant la povidone-iode, le bénéfice a été globalement démontré avec n'importe quel antiseptique (soit la povidone iodée, soit le gluconate de chlorhexidine) par rapport à l'absence d'antiseptique. Les essais inclus utilisaient différentes concentrations de gluconate de chlorhexidine (0.05 % à 0.25 %) ou povidone iodée (1% à 10%), et la base (aqueuse ou alcoolique) n'a pas été décrite. Les solutions antiseptiques à base d'alcool ne doivent pas être utilisées pour préparation vaginale en raison de problèmes d'irritation des muqueuses.
  • Cette recommandation concerne TOUTE femmes subissant une césarienne quel que soit leur risque initial de morbidité infectieuse après une intervention chirurgicale (c'est-à-dire pour une césarienne chez les femmes avant ou pendant le travail et les femmes dont les membranes sont intactes ou rompues).
  • La préparation vaginale doit être effectuée le plus près possible du début de la césarienne. (par exemple directement après un cathétérisme préopératoire de la vessie) pour minimiser l'inconfort de la femme.
  • Le la durée de la préparation vaginale variait de 30 secondes à une minute. Le Groupe d'élaboration des lignes directrices a noté qu'une application plus courte, c'est-à-dire 30 secondes, et le temps de contact sont susceptible d’être associée à une moindre exposition maternelle et fœtale, ce qui est souhaitable.

Recommandation a : L'utilisation de gluconate de chlorhexidine à base d'alcool pour la préparation de la peau avant une césarienne élective ou d'urgence est recommandée.

 

Recommandation B : La méthode d'application du gluconate de chlorhexidine à base d'alcool avant une césarienne doit être basée principalement sur les instructions d'utilisation, l'expérience et les préférences du clinicien.

 

Résumé des remarques clarifiantes :

  • Il y avait un manque de preuves permettant de recommander une concentration spécifique de gluconate de chlorhexidine ; cependant, la plupart des essais inclus utilisaient du gluconate de chlorhexidine à 2 % dans de l'alcool à 70 %.
  • Lorsque le gluconate de chlorhexidine n'est pas disponible, un autre agent antiseptique tel que la povidone iodée peut être considérée comme un agent antiseptique approprié pour la préparation cutanée préopératoire, bien qu'il ne soit pas aussi efficace que le gluconate de chlorhexidine à base d'alcool.
  • Une technique standard de préparation cutanée préopératoire adaptée à l'incision cutanée prévue doit être suivie (par exemple, laisser sécher l'agent antiseptique et ne pas l'essuyer).

Recommandation: Une prophylaxie antibiotique de routine est recommandée pour les femmes subissant un accouchement vaginal opératoire.

 

Résumé des remarques clarifiantes :

  • « Accouchement vaginal opératoire » est le terme utilisé pour décrire l'accouchement de la tête fœtale assisté par un aspirateur ou une pince.
  • Les données disponibles, provenant des pays à revenu élevé, soutiennent fortement l'utilisation d'un dose unique d'amoxicilline intraveineuse (1 g) et d'acide clavulanique (200 mg) administrée dès que possible après la naissance et pas plus de 6 heures après la naissance.
  • L'amoxicilline intraveineuse et l'acide clavulanique pourraient ne pas être facilement disponibles ou difficiles à utiliser dans des contextes à ressources limitées et ont suggéré que lorsque cette combinaison n'est pas disponible, les prestataires doivent envisager l'utilisation d'une classe appropriée d'antibiotiques ayant un spectre d'activité similaire, en fonction des modèles locaux de résistance aux antimicrobiens, du profil de sécurité (y compris les allergies), de l'expérience du clinicien avec cette classe d'antibiotiques, de la disponibilité et du coût. .
  • Cette recommandation concerne l’utilisation d’antibiotiques chez les femmes qui subissent un accouchement vaginal opératoire et qui ne reçoivent pas d’antibiotiques post-partum pour d’autres indications.

Ressources mises en évidence dans tout le continuum de soins

AlignMNH a organisé un premier ensemble de ressources liées à la dyade mère-bébé et aux phases partagées par les mères et les bébés (grossesse, accouchement, période postnatale). Nous mettrons continuellement à jour et compléterons ces ressources.


Causes mondiales, régionales et nationales de la mortalité des moins de 5 ans en 2000-19 : une analyse systématique actualisée avec des implications pour les objectifs de développement durable

Cet article présente une série actualisée de mortalité par cause chez les nouveau-nés et les enfants de moins de 5 ans de 2000 à 2019. En 2019, il y a eu 5 millions de décès (plage d'incertitude de 30 % : 95 à 4) chez les enfants plus jeunes. plus de 92 ans, principalement en raison de complications liées à un accouchement prématuré (5 %, 68–5), d'infections des voies respiratoires inférieures (17 %, 7–16), d'événements liés à l'accouchement (1, 19%, 5·13-9·12) et diarrhée (0·15%, 1·11-6·10), dont 6·12% (5·9-1·7) dues à des causes infectieuses.

Tendances de la mortalité maternelle : 2000 – 2017, OMS, UNICEF, FNUAP, Groupe de la Banque mondiale et Division de la population des Nations Unies, 2019

Ce rapport fournit des estimations et des tendances mondiales, régionales et nationales en matière de mortalité maternelle pour la période 2000-2017. Le rapport note que l’objectif des ODD visant à mettre fin aux décès maternels évitables d’ici 2030 ne sera pas réalisable compte tenu du rythme actuel de réduction des décès maternels.


Une tragédie négligée : le fardeau mondial des mortinaissances, Groupe interinstitutions des Nations Unies pour l’estimation de la mortalité infantile, 2020

Ce rapport met en évidence la lenteur des progrès dans la réduction des taux de mortinatalité par rapport à d’autres résultats en matière de santé maternelle et néonatale. Le rapport souligne la nécessité de meilleures mesures et données sur les mortinaissances ainsi que d'une meilleure qualité des soins pendant la grossesse et l'accouchement.


Pour chaque enfant vivant, il est urgent de mettre fin à la mortalité néonatale, UNICEF, 2018

Ce rapport de 2018 de l'UNICEF décrit le défi mondial consistant à maintenir chaque nouveau-né en vie, présente des données sur les lieux où surviennent les décès de nouveau-nés, propose un programme d'action qui aborde à la fois l'élargissement de l'accès et l'amélioration de la qualité des soins, et propose une voie à suivre axée sur le lieu ( établissements de santé propres et fonctionnels), les personnes (agents de santé bien formés), les produits (médicaments et équipements vitaux) et le pouvoir (dignité, respect et responsabilité).


Sous-alimentés et négligés : une crise nutritionnelle mondiale chez les adolescentes et les femmes, UNICEF, 2023

La dénutrition, les carences en micronutriments et l’anémie amplifient les inégalités entre les sexes en réduisant le potentiel d’apprentissage, les salaires et les opportunités de vie des adolescentes et des femmes, en affaiblissant leur immunité contre les infections et en augmentant leur risque de complications potentiellement mortelles pendant la grossesse et l’accouchement. Les conclusions du rapport révèlent un manque de progrès en matière de nutrition chez les adolescentes et les femmes au cours des deux dernières décennies et que la crise alimentaire et nutritionnelle mondiale pousse désormais des millions de mères et leurs jeunes enfants vers la malnutrition et la faim. Sans une action urgente de la part des gouvernements et de la communauté internationale, les conséquences pourraient perdurer sur les générations à venir.

Examen de la portée des interventions visant à maintenir les services essentiels pour la santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent et des personnes âgées lors d'événements perturbateurs, OMS, 2021

En novembre, 2021, un Examen de la portée des interventions visant à maintenir les services essentiels pour la santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant, de l'adolescent et des personnes âgées lors d'événements perturbateurs a été publié par le Département de la santé et du vieillissement de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette revue de la littérature publiée et grise vise à identifier les interventions mises en œuvre pour maintenir la fourniture et l'utilisation des services essentiels pour la SMNEA lors d'événements perturbateurs et à résumer les leçons apprises au cours de ces interventions.


Recommandations de l'OMS sur les soins prénatals pour une expérience de grossesse positive, OMS, 2021

Ces lignes directrices complètes de l'OMS (2016) fournissent des recommandations mondiales fondées sur des données probantes sur les soins prénatals de routine. Ces lignes directrices couvrent des recommandations dans divers domaines, notamment la nutrition, l'évaluation maternelle et fœtale, les mesures préventives, les interventions pour les symptômes physiologiques courants et les interventions visant à améliorer l'utilisation et la qualité des soins prénatals. Des ressources supplémentaires sur les soins prénatals sont disponibles sur le site Web de l'OMS. ici.


Recommandations de l'OMS : Soins intrapartum pour une expérience d'accouchement positive, OMS, 2018

Ces lignes directrices actualisées, complètes et consolidées de 2018 sur les soins intrapartum essentiels rassemblent les recommandations nouvelles et existantes de l'OMS qui, lorsqu'elles sont présentées sous forme d'ensemble, garantiront des soins de bonne qualité fondés sur des données probantes, quel que soit le contexte ou le niveau de soins de santé. . Les recommandations contenues dans ces lignes directrices visent à éclairer l’élaboration de politiques de santé et de protocoles cliniques pertinents aux niveaux national et local.


Note technique : Lignes directrices 2018 de l'OMS sur les soins intrapartum pour une expérience d'accouchement positive – USAID MOMENTUM, OMS, 2018

Plus d’un tiers des décès maternels et une proportion importante des affections liées à la grossesse et potentiellement mortelles sont dues à des complications survenant pendant le travail, l’accouchement ou la période post-partum immédiate. Améliorer la qualité des soins au moment de l’accouchement est essentiel pour réduire les mortinaissances et les décès maternels et néonatals. Cette note technique de MOMENTUM Country and Global Leadership examine 26 nouvelles recommandations des recommandations 2018 de l'OMS sur les soins intrapartum pour une expérience d'accouchement positive, et recommande des considérations politiques et programmatiques pour les pays qui adoptent, adaptent et mettent en œuvre les recommandations.

Messages clé:

  • Les lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé reconnaissent une « expérience positive de l’accouchement » comme un objectif important pour toutes les femmes pendant le travail et l’accouchement.
  • Les recommandations visent à :
    • Promouvoir la « normalité »
    • Réduire la variation des soins
    • Promouvoir les pratiques intrapartum non cliniques qui optimisent la qualité des soins et améliorent le confort des femmes, les résultats maternels et périnatals et l'expérience de soins
    • Mettre en évidence les pratiques de soins intrapartum inutiles, non fondées sur des données probantes et potentiellement dangereuses

Guide de soins du travail de l'OMS, OMS, 2020

Ce manuel 2020 a été élaboré pour aider le personnel de santé qualifié à utiliser avec succès le Guide de soins du travail de l'OMS. Le Guide de soins pendant le travail de l'OMS est un outil qui vise à soutenir des soins de bonne qualité, fondés sur des données probantes et respectueux pendant le travail et l'accouchement, quel que soit le contexte ou le niveau de soins de santé.


L'OMS tient à jour les recommandations mondiales : une approche de « lignes directrices évolutives » en matière de santé maternelle et périnatale, OMS, 2019

Un article publié en août 2019 dans BMJ Santé Mondiale décrit une approche innovante et dynamique utilisée par l'OMS pour répondre aux nouvelles données probantes importantes dans le domaine de la santé maternelle et périnatale. Cette nouvelle approche, appelée « lignes directrices vivantes », utilise une combinaison de surveillance continue de la littérature, de mise à jour rapide des revues systématiques prioritaires et de consultations virtuelles avec des panels de « lignes directrices vivantes » pour mettre à jour et développer de nouvelles recommandations de l’OMS. Cela peut garantir que les dernières données probantes et les recommandations mises à jour puissent parvenir le plus rapidement possible aux agents de santé du monde entier.


Recommandations de l'OMS sur les interventions visant à améliorer les résultats des naissances prématurées, OMS, 2015

Publié par l'OMS en 2015, ce document offre aux décideurs politiques et aux gestionnaires de programmes des conseils pour développer des outils de travail et des outils de formation préalable ou continue afin de renforcer la prestation de soins de SMN liés à l'accouchement prématuré.

 

 

Normes de l'OMS pour améliorer la qualité des soins maternels et néonatals dans les établissements de santé,  OMS, 2016

Ce cadre visant à améliorer la qualité des soins pour les mères et les nouveau-nés au moment de l'accouchement, élaboré par l'OMS et publié en 2016, englobe à la fois la prestation et l'expérience des soins. Il contient huit domaines de qualité des soins qui devraient être évalués, améliorés et surveillés dans le contexte des éléments constitutifs du système de santé.


Normes de l'OMS pour améliorer la qualité des soins prodigués aux nouveau-nés de petite taille et malades dans les établissements de santé, OMS, 2020

Publiées par l'OMS en 2020, ces normes pour les soins aux nouveau-nés de petite taille et malades dans les établissements de santé définissent, normalisent et intègrent les soins hospitaliers aux nouveau-nés de petite taille et malades, en s'appuyant sur les soins essentiels aux nouveau-nés et en garantissant la cohérence avec le cadre de qualité des soins de l'OMS. Une ressource destinée aux décideurs politiques, aux professionnels de la santé, aux planificateurs des services de santé, aux gestionnaires de programmes, aux régulateurs, aux organismes professionnels et aux partenaires techniques.

 

 

Accélérer les améliorations de l'allaitement maternel à grande échelle : perspectives du Bangladesh, Alive & Thrive et AlignMNH, 2021

Depuis sa création en 2009, Alive & Thrive s'est concentré sur l'augmentation de l'allaitement précoce, exclusif et continu dans le cadre de ses efforts visant à renforcer la santé et le bien-être des mères, des nouveau-nés et des enfants. Alive & Thrive s'associe à des parties prenantes nationales et infranationales à différents niveaux pour renforcer la sensibilisation et le soutien à l'allaitement maternel au sein des systèmes de santé et des environnements politiques, et pour introduire et intensifier des approches de changement de comportement social basées sur des données qui s'attaquent aux obstacles à l'allaitement maternel. Dans cette note, nous discutons des avantages de l'allaitement maternel, des recommandations mondiales en matière d'allaitement et des principaux points à retenir de l'expérience de mise en œuvre d'Alive & Thrive au Bangladesh.

Lisez la fiche technique.


Le rôle des sages-femmes et des infirmières dans la protection, la promotion et le soutien de l'allaitement maternel, UNICEF, Organisation mondiale de la santé, Collectif mondial pour l'allaitement maternel

Les sages-femmes et les infirmières jouent un rôle essentiel dans la protection, la promotion et le soutien de l’allaitement maternel dans le monde entier. Le soutien qualifié à l’allaitement par des sages-femmes et des infirmières aide à prévenir les infections et la mortalité infantiles, tout en stimulant le développement cognitif et en réduisant les taux d’obésité, de diabète et de cancers maternels et infantiles. Les liens et l’attachement sont intrinsèques à la relation d’allaitement et favorisent la santé et le développement mental et émotionnel de la mère et de l’enfant. L’allaitement maternel universel pourrait éviter 823,000 20,000 décès d’enfants et XNUMX XNUMX décès maternels chaque année et générer d’importantes économies économiques.

 

Directives opérationnelles sur les soins de maternité respectueux du MCSP, Programme de survie de la mère et de l'enfant, 2020

L'objectif de ces orientations opérationnelles est de fournir aux parties prenantes du pays (y compris les décideurs politiques, les gestionnaires de programmes et les membres de la société civile) un processus flexible pour guider la conception, la mise en œuvre et le suivi des efforts visant à renforcer les PMR et à éliminer les mauvais traitements dans le cadre d'une stratégie globale de SMN. programmes. Cette ressource est disponible en Anglais, Espagnolet Français.


Ressources sur les soins de maternité respectueux de la White Ribbon Alliance

La White Ribbon Alliance (WRA) propose une suite de ressources sur les soins de maternité respectueux, notamment des guides du CMR, des notes d'orientation, des rapports et des boîtes à outils.


Genre et SMNI : un examen des données probantes, Fondation Bill et Melinda Gates, 2020

Ce rapport fournit un aperçu général et un examen des données factuelles sur la manière dont le genre influence les comportements en matière de santé maternelle et néonatale dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Le rapport s'appuie sur la littérature existante, les rapports et évaluations de programmes, les études de cas et les entretiens pour fournir des preuves de la manière dont l'inégalité entre les sexes contribue aux défis auxquels sont confrontées les femmes et leurs nouveau-nés. 


Compagnon de choix pendant le travail et l'accouchement pour une qualité de soins améliorée, OMS, 2020

Cette note d'information 2020 de l'OMS et du HPR présente les preuves selon lesquelles un soutien continu pendant le travail améliore les résultats de l'accouchement, notamment en améliorant le processus physiologique du travail. La recherche montre qu'un tel soutien continu raccourcit le travail, augmente les taux d'accouchement vaginal spontané, diminue le recours à l'analgésie intrapartum et à la césarienne et augmente la satisfaction des femmes à l'égard de l'expérience de l'accouchement. Les femmes ainsi soutenues signalent moins de peur et de détresse pendant le travail, ce qui constitue un tampon contre les aspects indésirables des interventions médicales.

 

Malgré la disponibilité des lignes directrices mondiales MDSR et PDSR de l’OMS et des politiques MPDSR dans de nombreux pays, il existe de nombreux défis pour traduire la politique MPDSR en mise en œuvre au niveau national. L'OMS a publié des « Orientations opérationnelles MPDSR », comprenant des outils et des ressources, pour soutenir la mise en œuvre des processus MPDSR dans les pays.

Décès maternels et périnatals, surveillance et réponse : matériel pour soutenir la mise en œuvre, OMS, 2021

L’objectif du nouveau document de l’OMS « Surveillance et riposte aux décès maternels et périnatals (MPDSR) : matériels pour soutenir la mise en œuvre » est de fournir une feuille de route pour mener la MPDSR dans les contextes cliniques et politiques. Ce guide opérationnel s'adresse à un large public cible, qui peut inclure : les cliniciens et tous les participants aux soins cliniques pour les femmes et les bébés, et les processus d'examen des décès maternels et périnatals, ainsi que les responsables de la santé publique et les dirigeants de la santé publique et autres parties prenantes des soins maternels et périnatals. réduction des décès, comme les planificateurs et les gestionnaires, les formateurs internes, les épidémiologistes, les démographes, les décideurs politiques et les professionnels travaillant avec les systèmes d'enregistrement des faits d'état civil. Ce document est un guide pratique étape par étape, pertinent pour établir un cadre permettant d'évaluer le fardeau des décès maternels, des mortinaissances et des décès néonatals, y compris les tendances du nombre et des causes de décès et sur la manière de relier les examens des décès maternels et périnatals. Il est important de générer des informations sur les facteurs modifiables contribuant à des décès évitables et d’utiliser ces informations pour guider l’action afin de prévenir des décès similaires à l’avenir. Le document promeut la confidentialité et une culture « sans reproche » favorisant la responsabilité quant aux résultats et une prise de décision convaincante.


Surveillance des décès maternels et réponse : conseils techniques, OMS, 2013

Ce document fournit des conseils techniques sur la surveillance des décès maternels et la réponse (MDSR) aux professionnels de la santé, aux planificateurs et aux gestionnaires. Le MDSR est essentiel pour mieux comprendre la mort maternelle et, à terme, pour contribuer à la prévention des décès maternels à l'avenir.


Faire en sorte que chaque bébé compte : audit et examen des mortinaissances et des décès néonatals, OMS, 2016

Ce document fournit des conseils et des outils pour soutenir la collecte de données et d'informations relatives aux mortinaissances et aux décès néonatals. À l’instar de l’approche MDSR, ces orientations visent à mieux comprendre les décès néonatals et les mortinaissances afin de diriger la prévention de ces décès à l’avenir, en s’appuyant sur les systèmes déjà en place.


L'application par l'OMS de la CIM-10 aux décès pendant la période périnatale : CIM-PM, OMS, 2016

Ce document présente un système standardisé de classification des mortinaissances et des décès néonatals. Le système vise également à aider les pays à identifier les liens entre les décès néonatals et les mortinaissances et les conditions chez les femmes enceintes. L’objectif est de soutenir l’identification d’interventions qui pourraient entraîner des décès futurs.


L'application par l'OMS de la CIM-10 aux décès pendant la grossesse, l'accouchement et la puerpéralité : CIM-MM, OMS, 2012

Ce document fournit des conseils pour soutenir la collecte, l’analyse et l’interprétation des informations relatives aux décès maternels. Le document vise à soutenir les prestataires de soins de santé, puisque ce sont eux qui remplissent les actes de décès et codent ainsi la cause du décès.